Désaccord entre la CDC et les banques autour du Livret A

Les désaccords entre les banques et la Caisse des dépôts à propos de l’encours du Livret A, ne connaissent encore pas de fin mettant ainsi le gouvernement  face à un problème difficile à résoudre et devant un choix des plus perplexes, entre financer les logements sociaux ou les crédits accordés aux PME.

Bien avant l’ouverture à la concurrence de la distribution du Livret A en 2008, ce dernier était exclusivement réservé à la Caisse d’Epargne et la Banque Postale. La collecte de ces fonds se faisait par les réseaux distributeurs et centralisés à la Caisse des dépôts et consignations depuis de nombreuses années.

Désaccord entre la CDC et les banques autour du Livret A

De nouvelles règles de centralisation et de commissionnement des réseaux distributeurs vont être instaurées par une loi sur la modernisation de l’économie. Ainsi, uniquement 63% de la collecte du Livret A et de développement durable sont centralisés par la Caisse de dépôts. Toutefois, jugeant ce pourcentage insuffisant, elle revendique actuellement davantage auprès des pouvoirs publics, précisément 70% de la collecte. Dans un entretien  accordé à Libération, Augustin de Romanet, le directeur de l’établissement explique que «  La liquidité des Livrets A et du LDD est un bien public. Il appartient au Gouvernement de l’allouer en fonction de ses priorités. Cet argent sert à financer par des prêts la construction de logements sociaux, la réhabilitation des quartiers dans le cadre de la politique de la ville, la création de lignes à grande vitesse ou d’équipements pour le traitement des eaux, la rénovation des universités ou des hôpitaux. »

Quant aux banques, elles réclament une réduction du taux de centralisation, de 63% actuellement à 50% contre seulement 37% actuellement seulement réservés aux banques.
Celle ci souhaite une répartition plus « égale ». Le président de BNP Paribas confirme la large contribution de la banque au financement des PME lors dans un entretien accordé à la Tribune « Concernant le financement des PME, l’objectif que s’était fixé BNP Paribas en Septembre 2009 de distribuer 5 milliards d’euros d’ici fin 2010 pour financer 40 000 projets, a été atteint dès Septembre. »